Auditoire pour la Faculté de biologie et de médecine, université de Lausanne, 2011-2017

Le projet est situé au pied d’une falaise de mollasse sous la cour de l’ancienne policlinique. La géométrie des deux auditoires de 250 places est imposée en plan par l’espace disponible entre la falaise et le bâtiment et en coupe par les relations exigées avec le bâtiment existant.

Dans ce lieu minéral, les auditoires se doivent d’être minéraux ; comme une grotte, une caverne. Du béton en vagues, des murs penchés comme soutenant le poids de la terre mais aussi les ondes sonores, du béton lisse, sablé ; du béton faisant du trapèze puis martelé de gauche à droite, de droite à gauche ; du brut, du poncé, du net, du propre, du peint, de grandes orgues, des dalles vérolées de boîtes de conserves...

Une collaboration permanente entre maître d’ouvrage, architecte, ingénieur civil et acousticien a permis de concrétiser ce pari. La géométrie et les textures du béton sont définies autant par les exigences spatiales que structurelles ou acoustiques pour former une synthèse au service de la voix de l’orateur. Comme l’architecture est un art appliqué basé sur la réalisation de constructions au service d’une cause ou d’un besoin, l’acoustique architecturale est un art appliqué au service du son juste qui ne peut que se révéler sur une portée de silence.

Photos : Lionel Henriod