Services industriels, Nyon, 2000-2007

Notre génération d’architectes a hérité d’un urbanisme de « zonage », finie la mixité de la petite ville ou toutes activités se côtoient avec tolérance et bienveillance. La ville est réduite à des couleurs sur un plan, comme si le territoire était une feuille sans relief, sans accidents. Des couleurs qui parquent des activités côte à côte, sans liens spatiaux, juste des routes, des artères qui ne font que transporter les personnes d’une zone à une autre, sans nourrir l’espace urbain.

 

Le bâtiment se situe en zone industrielle. Nous avons choisi de nous concentrer sur quelques éléments fondamentaux déterminés par la situation et par les besoins nécessaires aux services industriels. Le projet intègre dans un volume unitaire les trois fonctions principales, les ateliers, les bureaux de l’administration et la halle du stock.

 

En parcourant le lieu, deux types de constructions  industrielles règnent : les bardages en tôles ondulées et les façades en verre miroir. Le projet propose de réinterpréter ces mises en œuvres pour construire un bâtiment unitaire et cohérant se mettant en relation avec le contexte tout en exprimant son caractère de bâtiment public significatif : « Effets, reflets, miroitements, moirages font ainsi partie intégrante des qualités essentielles de cet objet architectural et constituent la condition nécessaire d’un langage architectural qui essaie d’attester que le bâtiment des S.I. est un peu comme les autres bâtiments industriels mais pas complètement… »

 

Pour lire l’article dans son entier : voir article de Bruno Marchand du 2 mars 2008 +effets reflets » Werk Bauen+Wohnen N° 5 2008. Pages 64-65

Photos : Thomas Jantscher