Ecole primaire, Saint-Gingolph, 2005-2008

Souvent, lors des concours passés, la question de la matérialité restait ouverte à moins que celle-ci ne soit à la base du concept architectural. Ceci permettait tant à l’utilisateur qu’à l’architecte de s’émouvoir sur plusieurs possibles quant aux matériaux.

 

La Commune de St-Gingolph désirait pour son école une matérialité résistante aux chocs dû à la proximité du préau. Le préfabriqué en béton est choisi. Suspendre des tonnes pour protéger quelques plaques légères d’isolants, cela nous paraît absurde aujourd’hui. La contrainte de la résistance, de l’implantation dans la pente, du coût, de l’image architecturale d’un bâtiment dont la toiture est aussi visible que les façades, revêtent ici pourtant une importance capitale qui justifient cette décision.

 

Le choix posé, le travail s’est concentré sur l’élément préfabriqué :

 

La liberté offerte par la préfabrication pour définir la forme et la texture des pièces est exploitée pour proposer une expression s’inspirant d’une carapace formant de grandes écailles dont le joint devient invisible, car multiplié. Il devient aussi motif. La couleur des agrégats reprend celle des montagnes dominant le lieu.

Photos : Thomas Jantscher